BATEAUX

Il y a des bateaux de transport fluvial de toutes types et de tous gabarits.

freycinet-citerneFREYCINET
DISTRIBUTION
CALE
TIMONERIE
SALLE DES MACHINES
TYPES DE BATEAUX
FORMATIONS
CHIFFRES ET LETTRES
DEVISES
PAVILLONS
AUTRES SIGNALISATIONS

FREYCINET

spitsAvec ses 38,50 sur 5,10 mètres et environ 350 tonnes de port en lourd, le Freycinet est aujourd'hui le plus petit type de bateau de navigation intérieure usuel. Son nom vient du Ministre des Travaux Publics qui a, au 19ème siècle, fixé le gabarit des voies navigables françaises. A cause de ses dimensions, le Freycinet est aussi souvent appelé 38-mètres. Aux Pays-Bas, en Belgique et en Allemagne, on appelle ce type de bateau 'spits', ce que signifie 'pointu'. C'est en fait un nom mal choisi, parce qu'un '38m' n'est pas pointu du tout, au contraire, il a des extrémités massives, afin de pouvoir transporter autant de marchandises que possible pour des dimensions conditionnées par les écluses. En Europe, il restent encore 1000 38-mètres en activité, dont plus que la moitié est française. En Hollande il y a environ 100 38-mètres de marchandises. En plus de ces 'vrais 38-mètres', il y a aussi des 'spits' de 42 à 55 mètres de longueur.

DISTRIBUTION

Le plus grand compartiment d'un bateau, destiné à recevoir les marchandises, est la cale. La cale est couverte par des écoutilles en aluminium. Il y a plusieurs types d'écoutilles (en acier ou en alu, panneaux roulants,…). Derrière la cale on trouve la cabine de pilotage et le logement et, en dessous, la salle des machines. Tout à fait à l'arrière, et à l'avant, du bateau, il y a des pics, compartiments étanches pour la sécurité en cas de collision. En outre on trouve souvent, à l'avant, un petit logement et une deuxième salle des machines pour un groupe électrogène ou un propulseur d'étrave.

Picaro

CALE

Si des bateaux plus grands ont souvent plusieurs cales, les trente-huit mètres n'ont en général qu'une seule cale. La longueur de la cale est souvent partagée en deux par une cloison de ballast d'environ 1,50 m de haut. Cette cloison permet de ballaster (remplir avec de l'eau du canal) la moitié arrière de la cale, pour enfoncer l'arrière du bateau, afin de pouvoir passer à vide sous des ponts bas. Des poutres transversales, dénommées overgants, assurent la rigidité de la coque. En fait, un bateau se compose d'un squelette, formé par les clans, couvert par une peau, la bordaille. Dans la cale, les clans sont apparents. Sur les clans de fond est posé un plancher (double fond), qui peut être en bois ou en fer. La partie la plus haute de la cale est moins large, créant à l'extérieur des plats-bords, sur lesquels on peut marcher de l'arrière à l'avant du bateau.

cale ballast

TIMONERIE

La timonerie est appelée 'marquise' par les mariniers. On y trouve tous les instruments indispensables à la navigation, d'abord la barre. Le volant de conduite traditionnel ou 'macaron' est de nos jours souvent remplacé par un système de timonerie assistée, électrique ou hydraulique. Un bateau se dirige à l'aide d'un ou de plusieurs gouvernails, qui se trouvent derrière l'hélice. La position du safran détermine la direction, la quantité d'eau provoquée par l'hélice la vitesse de giration du bateau. Manœuvrer est une conjonction de gouverner et d'accélérer.

macaron joystick


Sur le tableau de bord on voit outre la manette, toutes sortes d'interrupteurs, d'indicateurs et d'alarmes pour le moteur. Dans la marquise on trouve aussi l'appareillage destiné à la navigation, comme le compas, l'écran du radar et/ou de la carte électronique et le sonar, et à la communication. La V.H.F (radio-téléphone) sert à s'annoncer aux écluses et à la communication entre mariniers. Pour la communication entre la marquise et le pont avant il y a un interphone. En plus la plupart de marquises sont équipées d'un téléphone GSM, pour les contacts professionnels et personnels avec la terre, souvent relié à un fax ou PC.

Construite en panneaux de bois ou d'aluminium, la timonerie doit parfois être baissée ou même démontée ('démarquiser') pour passer des ponts trop bas. Pour pouvoir passer sous un pont de 3,60 mètres de hauteur libre, il nous faut mettre environ 80 tonnes d'eau dans la cale. Ensuite, les gouvernails ont un enfoncement de 1,90 mètres… trop, pour certains canaux. D'ailleurs, naviguer à marquise demontée va plus vite qu'en grand ballast, et on a plus de vue. Mais aussi plus de risque de se mouillir par la pluie…

'grand ballast' démarquisé

SALLE DES MACHINES

Au milieu de la salle des machines il y a un gros moteur diesel. Au moyen de l'arbre d'hélice le moteur actionne l'hélice, qui propulse le bateau. Un inverseur permet à l'hélice de tourner dans les deux sens, afin que le bateau puisse marcher en avant, en arrière, ou s'arrêter. En plus il y a dans la salle des machines un ou plusieurs moteurs auxiliaires, utilisés par les pompes et pour produire de l'électricité. On trouve ici aussi les batteries et les cuves à fuel.

TYPES DE BATEAUX

Un Campinois est un peu plus grand qu'un Freycinet, 50 mètres de long sur 6,60 mètres de large, et peut charger environ 550 tonnes. Ses dimensions sont au gabarit des canaux Campinois, d'où vient son nom. Plusieurs types de bateaux portent le nom d'une voie d'eau ou d'une région déterminante, comme le type 'Canal du Nord' (57 x 5,70 m, 750 tonnes), le 'Dortmunder' (67 x 8,20 m, 900 tonnes) et le 'Bateau Rhein-Hernekanal' (80 x 9,50 m, 1350 tonnes). Un bateau dit 'Européen' mesure 85 sur 9,50 mètres et peut transporter 1500 tonnes. Les dimensions du plus grand bateau de navigation intérieure sont 147 sur 22,90 mètres, avec un grand tonnage de plus de 9000 tonnes. Mais il va sans dire que le Freycinet est le vrai 'bateau européen' : seulement les 38 mètres peuvent naviguer sur tout le réseau européen, de la Mer du Nord à la Méditerranée !

grand et petit sur le Rhin

On dénomme aussi parfois des bateaux d'après les marchandises qu'ils transportent. Ainsi, il y a des sabliers, des pétroliers, des cimentiers, des porte-conteneurs, des transporteurs de voitures, des bateaux à palettes… et à passagers. Les bateaux peuvent aussi être appelés après de leur aménagement : bateau-citerne, unité ro-ro…

barge à conteneurs sablier citerne

FORMATIONS

Il y a aussi des bateaux sans moteur, des bateaux remorqués (en général habitables) et des barges poussées (non habitables). Ces bateaux sont propulsés par des remorqueurs ou pousseurs, ou par un 'automoteur'. De nos jours, on voit plus de poussage que de remorquage. Un convoi de deux 38 mètres du même propriétaire est souvent appelé un 'pousseur', quand il s'agit de bateaux rhénans on parle de 'koppelverband'. En hors des formations en flèche (convoi remorqué ou poussé), deux bateaux peuvent constituer une formation à couple. On navigue parfois bord à bord avec un ami..

pousseur à couple par le Pont Neuf

CHIFFRES ET LETTRES

Les dimensions et le grand tonnage d'un bateau doivent être affichées sur les den-bords, ainsi que son numéro européen. A peu près tous les bateaux de navigation intérieure ont un tel numéro officiel composé de sept ou huit chiffres, qui révèle son pays d'immatriculation (d'origine). Un numéro qui commence par (0)20 à (0)33 indique qu'il s'agit d'un bateau néerlandais, (0)18 est français, (0)60 belge etcetera. Sur beaucoup de bateaux on trouve aussi la 'matricule' (numéro du certificat de jaugeage) qui se compose de deux lettres (ville) et de quatre ou cinq chiffres. En outre, chaque bateau doit être prévu du nom de son propriétaire et de son port d'attache, et bien sûr d'une devise.

dimensions devise

DEVISES

La devise est un choix personnel, le plus souvent très délibéré, du propriétaire. L'un dénomme son bateau d'après un parent cher ou un personnage favori, l'autre compose un nom à base d'initiales. Autres préfèrent une appellation comme Progrès, Confiance ou Liberté. En plus des noms en latin, aujourd'hui on voit de plus en plus de devises en anglais. Certains choisissent un nom humoristique et les dénominations de poissons, des vents et de tout qui à quelque chose à faire avec l'eau ou la navigation sont aussi populaires. Chez certains armements tous les bateaux portent le nom d'un château, d'un fleuve ou d'une ville, mais on peut aussi simplement ajouter un chiffre à un nom (de compagnie). Certaines familles de bateliers utilisent aussi des devises cohérentes. La devise est (obligatoirement) inscrit sur chaque bord avant et sur l'arrière d'un bateau.

PAVILLONS

pas de ventBeaucoup de bateaux de navigation intérieure portent leur drapeau national, mais ceci n'est pas obligatoire. Les pavillons de courtoisie ne sont pas usuels dans la navigation intérieure. Dans le mât on bat le plus souvent le pavillon de son groupement, affréteur, armement, assurance, organisation professionnelle, chantier ou station de fuel. Ces pavillons servent comme publicité, pour montrer de quelle partie on fait part et aussi pour pouvoir voir de quel côté souffle le vent… Pour des fêtes, comme un mariage ou un 'pardon de la batellerie' tous les bateaux sont décores avec des drapeaux. Beaucoup de mariniers ont toute une collection de drapeaux. En outre, il y a les pavillons de signalisation. Un drapeau rouge indique le droit de passage prioritaire aux écluses d'un bateau à passagers. Par un drapeau blanc on demande d'être ravitaillé en eau potable. Un drapeau rouge et blanc veut dire 'passer à vitesse réduite', par exemple en cas de travaux.

AUTRES SIGNALISATIONS

panneau bleu Autrefois il y avait aussi des pavillons bleus. Aujourd'hui on utilise un panneau bleu avec une bordure blanche (et un feu scintillant) pour indiquer qu'on veut croiser un autre bateau au mauvais côté du chenal, par exemple pour le courant ou pour entrer une darse à gauche, ou à cause des règlements locaux. Dans ce cas on parle de 'gauche-gauche' (rive) en France et en Hollande de 'tribord-tribord' (bateau).

feu de navigation Les feux de signalisation se composent de feux de côté, de mât et de poupe. Les feux de côté (vert à tribord et rouge à bâbord) sont visibles pour les autres bateaux d'avant et d'à côté. Les feux de mât (blancs) sont visibles de l'avant et partiellement d'à côté. Les feux de poupe (blancs aussi) se trouvent sur l'arrière du bateau. Pour pouvoir correctement interpréter le mouvement et la nature d'un autre bateau ou formation dans la nuit, la position et le nombre de ces feux sont prescrits très précisément par la réglementation. Un convoi poussé par exemple, doit porter trois feux de mât disposés selon un triangle.

Feux et 'cônes' bleus signifient qu'un bateau transporte des matières dangereuses.

version imprimable